vendredi 17 mars 2017

À nous la rue contre la brutalité policière



Tract produit par la Ligue de la jeunesse communiste à l'occasion de la 21e Journée internationale contre la brutalité policière du 15 mars dernier.

La manifestation, qui a mobilisé quelques centaines de militants, s'est conclue, malgré quelques échauffourées avec la police, sans arrestations pour une deuxième année consécutive. Il ne fait aucun doute que cette approche plus «soft» de la part du SPVM doit beaucoup aux pressions populaires contre les pratiques douteuses de la police de Montréal. Les récentes révélations, qui ont placé le SPVM sur la sellette pour ses pratiques douteuses et peu transparantes, ont également contribué à ce que les forces de l'ordre se tiennent à carreau.



Affaire Théo en France, organisation de milices pour attraper les migrants en Hongrie et aux États-Unis, arrestation de milliers de militants progressistes en Turquie à la suite du contre-coup de juillet 2016, prisonniers et assassinats politiques - dont Milagro Sala et Berta Cáceres - en Amérique latine comme lors de l'âge d'or des dictatures fascistes, la question de la brutalité policière n'est pas que montréalaise. Dans tous les pays capitalistes, à mesure que la crise économique s'accentue, que le peuple, la jeunesse et les travailleurs-euses tentent de se délier du collier de misère auquel ils se retrouvent rivés, adopter une ligne dure contre les manifestant-e-s, viser en priorité les personnes racisées et refuser de prendre au sérieux les femmes victimes de harcèlement sexuel, en particulier lorsqu'elles sont issues de communautés autochtones, est une aubaine pour le 1 %, la classe capitaliste qui tient le haut du pavé et tente de nous réduire à une masse amorphe et atone, une sorte de pâte d'argile qu'elle serait en mesure de modeler à sa guise.

À Montréal, la Ville n'a pas cru bon abroger le règlement P-6 malgré son inconstitutionnalité, ce qui lui permet de l'invoquer pour des fins d'intimidation. Nombreux sont ceux et celles qui, encore aujourd'hui, sont confrontés à des poursuites en lien avec ce règlement liberticide. Le SPVM, dont les pratiques ont été maintes fois décriées par la Ligue des droits et libertés, Amnesty International et le Comité des Droits de l'Homme de l'ONU, fait maintenant l'objet d'une enquête interne après que deux policiers ont révélé que le service a fabriqué des preuves, ce dont le Maire Coderre est courant depuis 2014 et refuse d'en assumer la responsabilité, lui qui a promptement réitéré sa solidarité envers Philippe Pichet, chef du SPVM. Il a d'ailleurs fallu faire des pieds et des mains pour que l'enquête auprès du SPVM ne soit pas seulement la responsabilité de la Sureté du Québec (que ce ne soit pas la police qui enquête sur la police) et que le Bureau des enquêtes indépendantes en coordonne une partie, une disposition pourtant de mise dans ce genre de dossier.

Parmi ces pratiques scandaleuses, la mise sous écoute d'un journaliste, Patrick Lagacé, a fait couler beaucoup d'encre à travers le monde cet automne. Si celle-ci a été d'emblée décriée, il reste que les techniques utilisées par la Police de Montréal ont été maintes fois utilisées d'abord et avant tout pour cibler les militant-e-s progressistes.

Quant à la question de laisser la SQ enquêter sur le SPVM, nous savons également que le corps policier provincial n'est en rien plus intègre que la police municipale, en particulier après les révélations au sujet des femmes autochtones victimes d'abus de pouvoir de la part d'agents de la SQ à Val d'Or et ailleurs en région.

Police patronale, colonialiste, raciste et sexiste

En ce mois de mars, initié par la Journée internationale des femmes la semaine dernière, et quelques jours avant le 21 mars, Journée internationale contre le racisme, il importe de souligner le caractère essentiellement sexiste et raciste de la brutalité policière.

Une étude récemment publiée dans le Globe and Mail fait état de plus 10 000 cas de harcèlement sexuel à l'égard de femmes originaires d'environ 10 000 villes et villages au Canada traités par 32 corps policiers. De ces plaintes, environ 20 % est immédiatement rejeté par les enquêteurs et considéré comme non-fondé. À titre comparatif, la moyenne internationale se situe entre 2 et 8 %. Cette statistique est d'ailleurs inégale à l'échelle du pays : par exemple, à St-John et Fredericton (Nouveau-Brunswick), on estime que 16 % des plaintes pour harcèlement sexuel sont déclarées comme non-fondées. En 2009 par exemple, 472 000 cas de harcèlement sexuel ont été compilés par Statistiques Canada, mais les forces de l'ordre n'en ont répertorié que 21 000 parmi lesquels seuls 7951 ont fait l'objet de suites judiciaires.

Les pratiques racistes des forces de police du Québec et du Canada ne sont pas en reste : avec l'assassinat d'Andrew Loku, un homme de 45 ans originaire du Soudan du Sud, à Toronto l'an dernier, et après que les forces de police de Toronto ont déclaré que les agents responsables de sa mort n'ont pas erré quant à la force employée, un vaste mouvement de solidarité rejetant entre autres le racisme au sein des forces de police partout au Canada s'est organisé. Cette histoire ressemble d'ailleurs à celle de Freddy Villanueva, survenue il y a près de dix ans à Montréal-Nord, mais dont les stigmates sont toujours apparentes si l'on s'en tient aux témoignages de jeunes de ce quartier victimes de profilage racial.

La brutalité et les bévues des forces de police ne sont en rien un phénomène nouveau. Depuis l'existence de l'État centralisé, soit depuis l'hégémonie de la bourgeoisie, le rôle de la maréchaussée a toujours été de défendre les intérêts de la classe dirigeante. Jeunes communistes, nous nous solidarisons avec tous ceux et celles qui luttent contre la limitation du droit au rassemblement, à la démocratie, au droit de grève et qui dénoncent le racisme, colonialisme et sexisme systémique au sein des forces de l'ordre. Pour nous, une attaque contre un est une attaque contre tous !

Il ne fait aucun doute que la police répond d'un système politique et économique basé sur le racisme, le sexisme, l'homophobie, l'impérialisme et le colonialisme ; d'un système basé sur l'exploitation de la majorité par la minorité, du 99 % par le 1 %. C'est essentiellement pour garantir le bon fonctionnement de ce système, le capitalisme, que la police a été investie de sa mission. Du peuple, elle ne répond que très peu: sa réelle responsabilité se résume à la défense de la propriété privée.

Ainsi, autant nous nous attaquons à l'aile armée du capitalisme, autant il nous est important de mobiliser le plus massivement possible afin d'en finir avec ce système putride et de renverser la vapeur afin de forcer les grandes entreprises à céder leur pouvoir à la majorité, à la jeunesse et aux masses populaires. Cette rupture avec le capitalisme ne s'opèrera pas d'elle-même. La fuite en avant du capitalisme en crise le rend encore plus agressif et violent.

L'élection de Trump et la montée de l'extrême-droite en Europe aidant, les idées fascisantes font leur chemin chez les dirigeants du Québec et du Canada. Il ne fait aucun doute qu'en corollaire, les forces de police se sentiront plus libres d'interpréter les textes de loi à leur façon. On voit déjà poindre les dangers d'une police plus autoritaire, plus armée et sans cesse plus militarisée.

Pour contrer cette tendance, il nous faut plus que jamais s'unir et renverser la vapeur. L'an dernier, et cette année, la manifestation contre la brutalité policière, au cours de laquelle aucune arrestation n'a été recensée, marque un point positif quant à la possibilité d'unir ceux et celles qui luttent contre la brutalité policière que pour le salaire minimum à 15$ l'heure, contre le sexisme et le racisme ou encore contre le libre-échange et l'impérialisme. 

S'unir contre le capitalisme est un impératif de notre temps. Le pouvoir des grandes compagnies et des banques, leur hégémonie, ne connait aucune limite si nous leur laissons quartier libre. Il n'appartient qu'à nous d'être à la hauteur de nos ambitions et bâtir un monde meilleur, exempt de crises économiques, d'exploitation et de guerres, un monde où la présence policière ne pourra que réduire. Ce monde n'est ni utopique ni atopique: c'est le socialisme-communisme. Par notre unité et notre combativité, nous pouvons y parvenir et nous y parviendrons, car la riposte n'appartient pas qu'à une frange avancée de la jeunesse et des travailleurs-euses, mais bien à l'ensemble des masses populaires, à tous ceux et celles qui luttent contre la casse des services publics, pour la paix, pour l'éducation gratuite, pour des logements sociaux, pour la pleine égalité hommes-femmes, contre le racisme et le fascisme, contre la montée de toute mouvance d'extrême droite, contre la brutalité policière; en bref, contre tous les «dommages colatéraux» du capitalisme. 

vendredi 10 mars 2017

Nous avons toutes droit à la justice maintenant!

JM reproduit ici le discours de Marianne Breton Fontaine pour la Ligue de la Jeunesse communiste du Québec à la marche du 8 mars organisée par femmes de diverses origines.  (Photo dans l'article de André Querry.)

Bonjour à tous et toutes,

Comme une camarade me le disait, il n'y a pas une seule lutte, pas une seules avancée sociale qui n'ait été gagné sans le sacrifice et le travail des femmes. Pourtant, on essaie constamment de nous effacer de l'histoire, d'effacer et d'ignorer nos revendications, de nous dire d'être patientes...

Non! Nous avons toutes droit à la justice maintenant!

À écouter nos élites, nous serions maintenant au Canada dans un paradis féministe. À croire que nous n'avons aucune raison de nous réunir en ce 8 mars.

Pourtant, pendant que notre Trudeau national fait la parité dans son cabinet ministériel, les femmes autochtones continuent de subir la violence colonialiste, les pipeline Kinder Morgan et Keyston XL ont été approuvé à l'encontre de la volonté des nations autochtones, l'islamophobie gronde et nos sœurs musulmanes sont constamment agressées, la violence sexuelle reste impunie et l'austérité néolibérale frappe les femmes de manière disproportionnée pendant que les investissement fédéraux en infrastructure favorisent les emplois masculins. Nous les femmes de la classe ouvrière, nous sommes forcées de payer pour la crise économiques capitalistes.

Ces mêmes élites qui se gargarisent avec l'atteinte d'un cabinet paritaire instrumentalisent nos luttes féministes pour servir leurs intérêts impérialistes et militaristes comme si le patriarcat n'existait qu'ailleurs.

Honte!

À la Ligue de la Jeunesse communiste, nous mettons de l'avant une analyse féministe-marxiste et intersectionnelle. Cette analyse sera d'ailleurs au centre de notre congrès en Mai prochain.

Nous les femmes, nous travaillons pour de faibles salaires dans l'économie capitaliste, nos corps sont utilisés comme objet pour vendre et alimenter les marchés, et lorsque nous retournons dans nos maisons, non seulement sommes nous sujettes à la violence de nos partenaires, mais nous travaillons encore, gratuitement, afin d'assurer à l'humanité une nouvelle génération qui la perpétuera.  Le capitalisme et le patriarcat sont deux systèmes d'oppression indissociables.

En tant que femme, notre travail est constamment dévalué. Je suis étudiante. Bientôt, comme tant d'autres je devrai me trouver un stage pour pouvoir terminer mon éducation. En d'autres mots, je devrai travailler exactement comme je le ferai plus tard, mais sans être justement rémunéré. En effet, en ce moment, certains stages ne sont pas rémunérés  alors que d'autres le sont. Cette ligne de démarcation entre travail étudiant payé et non payé suit celle du travail féminin. Ce sont par exemple les étudiantes en éducation, en infirmerie et psychologie qui ne trouvent pas de rémunération à leur travail, alors que les étudiants en médecine et en ingénierie, des secteurs hautement masculins, vivent une réalité plus favorable. En ce moment, les étudiants et les étudiantes s'organisent pour revendiquer la rémunération des stages. Je crois que les gens du CUTE et d'À la rue Montréal sont d'ailleurs mobilisé ici en ce 8 mars.

Nous subissons à la fois la violence du capitalisme et du patriarcat, mais plusieurs de nos sœurs doivent aussi affronter d'autres oppressions tel que le racisme, l'homophobie, la transphobie, et le capacitisme. Nos mouvements ne peuvent pas parler de libération si nous refusons d'inclure toutes les femmes dans nos luttes et nos revendications.

Nous avons toutes droit à la justice et à l'émancipation!

Merci

mercredi 8 mars 2017

Journée internationale des droits des femmes




Ligue de la jeunesse communiste

Cette 103e édition de la Journée internationale des femmes est caractérisée par la recrudescence de la misogynie, mais aussi par le renouveau de la résistance.

Des mouvements anti-féministes opposés aux femmes tels que le Gamergate ou le Men’s right movement, organisés sur nos lieux d’études par d’autres groupes dont le Men’s issues awareness et l’Association canadienne pour l’égalité, ont gagné en force et se sont joints à d’autres groupes suprématistes blancs, avec des individus et des groupes transphobes ou encore avec d’autres supposément opposés à la rectitude politique et défenseurs de la «liberté d’expression». En réalité, ils sont unis dans leur défense du discours haineux et ont pour véritable objectif le saccage des droits durement acquis par les femmes et remettre au gout du jour la culture du viol.

Sous-jacente à ces développements se trouve la crise du capitalisme qui a fait en sorte que certaines sections de la classe dirigeante ont abandonné les idées libérales bourgeoises au profit de mouvements d’extrême-droite et fascistes. En Amérique du Nord, l’élection de Donald Trump comme Président des États-Unis a à la fois été facilitée par la montée de l’extrême-droite et à la fois permis à ces mouvements de se renforcer. Le Canada n’est pas imperméable à cette offensive réactionnaire. La lutte contre le patriarcat est donc liée à celle pour un changement systémique ici, chez nous.

Trudeau: ni féministe, ni allié

Trudeau a déclaré à l’ONU: «Je continuerai de clamer haut et fort que je suis féministe.» Nous ne sommes pas dupes. Ni ces mots creux, ni la parité introduite par Trudeau dans son cabinet n’indiquent un changement de cap radical au Canada. Ces changements minimes ne servent en fait qu’à mousser l’image des Libéraux qui tentent de se dissocier des conservateurs sans pour autant s’attaquer au plan du patronat.

Trudeau n’est ni féministe, ni un allié. Par exemple, son gouvernement, à l’image de celui des conservateurs, continue d’ignorer la demande de longue date pour que soit créé un système de garde universel, accessible, modique, public et de qualité. Il a appuyé un contrat d’armements de 15 milliards de dollars contracté avec l’Arabie Saoudite, une monarchie réactionnaire qui figure parmi les premiers pourfendeurs de l’oppression de la femme et qui livre une guerre meurtrière au Yémen. Trudeau appuie également la construction d’oléoducs au bénéfice des monopoles gaziers et pétroliers coupables du colonialisme qui perpétue les violences contre les femmes autochtones et s’attaquent à leurs territoires. Le changement féministe, celui qui fera avancer les conditions de la vaste majorité des femmes, des travailleuses, ne viendra pas de la classe capitaliste au pouvoir, mais sera le résultat de nos luttes, tel que nous l’enseigne l’histoire.

Finalement, les lutte pour abolir le patriarcat est liée à celle visant à mettre en déroute l’exploitation capitaliste et la remplacer par le socialisme, un système où les travailleurs-euses sont aux commandes et sont en mesure de structurer une société autour des besoins du peuple et non de la création de profits pour la classe capitaliste. Communistes, nous appuyons les luttes contre le patriarcat sous le système capitaliste à la fois pour s’échapper de l’oppression de la femme, mais aussi parce que ces luttes sont essentielles à l’atteinte du socialisme. 

De nouveaux mouvements en lutte contre la misogynie et le racisme

Cette année, plusieurs femmes célèbreront la Journée internationale des femmes avec un sentiment de force renouvelé. Près de 5 millions d’entre elles et leurs alliés ont battu le pavé partout à travers le monde le 21 janvier dernier afin de clamer leur opposition aux plans xénophobes, racistes, misogynes, homophobes, islamophobes et bellicistes de Donald Trump et son gouvernement constitué de banquiers de Wall Street, de milliardaires et de magnats du pétrole.

Les femmes autochtones figurent à l’avant-garde de la résistance contre le patronat, mais aussi contre l’occupation territoriale, le vol de ressources et la violence coloniale genrée qui se poursuit avec le gouvernement libéral. Les femmes noires et les personnes trans dirigent des luttes contre la violence policière raciste.

Des actions comme la Slutwalk et Take Back the Night, ou encore la campagne Ni viande ni objet ainsi que plusieurs manifestations contre la culture du viol sur des campus universitaires ont permis de susciter une prise de conscience et certains changements politiques. La Journée internationale des femmes continue de représenter pour notre mouvement un moment important afin d’organiser nos luttes.

Il est nécessaire de bâtir et unir les mouvements pour l’égalité dans nos lieux de travail, écoles et dans les rues. Des groupes de femmes peuvent s’unir à d’autres au sein de coalitions. Des femmes issues de groupes comme Idle No More, Black Lives Matter, des femmes organisées dans des organisations syndicales, des groupes LGBTQ, de personnes handicapées, du mouvement étudiant, pro-choix et d’autres groupes. Confrontés aux attaques et à la réaction, nous devons rester uni-e-s. Pour un monde égalitaire, nous refusons d’attendre et nous nous organisons.

Au cours de l’histoire du mouvement ouvrier au Canada et à travers le monde, des femmes communistes dont Clara Zetkin, Elizabeth Gurley Flynn, Claudia Jones, Annie Buller, Becky Buhay, Vilma Espin et Angela Davis se sont mobilisées pour l’émancipation des femmes. La YCL-LJC lutte pour un Canada socialiste où le patriarcat sera aboli, où l’égalité totale sera rendue possible et pour des changements immédiats en faveur du droit des femmes. 


 À l’occasion du 8 mars 2017, nous revendiquons:

-    le rétablissement du financement pour les programmes favorisant et revendiquant l’égalité pour les femmes;
-    L’égalité et sécurité pour les femmes immigrantes;
-    L’abolition de la différence salariale (à travers une législation pour l’égalité salariale et l’égalité d’emploi);
-    L’accès garanti à l’avortement et aux droits reproductifs financés publiquement dans tous les territoires et provinces;
-    L’élaboration d’un service de garde universel, de qualité, accessible avec des standards pan-canadiens et offert par des salariés syndiqués. Au Québec, le rétablissement de l’universalité du service de garde;
-    La protection du droit aux bénéfices de maternité étendus à 52 semaines;
-    L’abolition de toute forme de violence contre les femmes et le financement adéquat des cellules de crise et des maisons de transition;
-    Des changements législatifs pour assurer des congés rémunérés aux femmes victimes de violence conjugale;
-    L’appui aux survivantes de violence genrée à travers le financement des services de conseil, de déménagement, des frais légaux et plus;
-    L’abrogation de la loi C-36: stigmatiser et criminaliser le travail sexuel n’est pas la solution à l’exploitation;
-    L’application de cours d’éducation sexuelle progressistes et amicaux envers les LGBTQI2S incluant l’éducation sur le consentement

Les femmes en lutte contre la misogynie et le racisme ; Déclaration du PCC

Comité exécutif central, Parti communiste du Canada

Cette année, les femmes vont célébrer la Journée internationale des femmes avec un regain de force, après qu’environ 5 millions d’entre elles aient pris la rue le 21 janvier, avec leurs alliés partout à travers le monde, pour s’opposer au programme xénophobe, raciste, misogyne, homophobe, islamophobe et pro-guerre de Donald Trump et de son gouvernement de banquiers de Wall Street, de milliardaires et de magnats du pétrole. Cette marche a été une manifestation de résistance contre la violence patriarcale, l’inégalité, l’exploitation et l’oppression perpétuée par le capitalisme à travers le monde. Plusieurs principes d’unité durables apparaissent de la marche, dont le support à l’égalité économique, au droit des femmes à vivre sans violence, à leur droit et à leur liberté pleine et entière en matière de reproduction, au plein droit à l’égalité pour la communauté LGBT, pour les personnes racisées, les travailleuses et les travailleurs, les immigrantes et les immigrants, les personnes handicapées, pour les droits civils et la justice environnementale, contre la brutalité policière et le profilage racial, pour démilitariser l’application de la loi et mettre fin à l’incarcération massive.

Ce puissant mouvement de femmes est maintenant plus que jamais nécessaire au Canada, avec notre Premier ministre soi-disant féministe qui croit que pour atteindre l’égalité entre les sexes, il suffit de nommer un cabinet ayant la parité des sexes, mais qui continue de mener des politiques anti-femmes et pro-business telles que l’approbation des projets de pipeline Kinder Morgan et Keystone XL. Les femmes autochtones sont à l’avant-garde pour résister à cette politique, ainsi qu’à l’occupation des terres, au vol des ressources et à la violence sexuelle coloniale, réalités qui toutes perdurent sous les Libéraux de Trudeau. Le soutien du gouvernement à la mondialisation capitaliste et aux accords de libre-échange tels que l’AECG et le PTP s’inscrit dans le programme impérialiste canadien où les entreprises sont vouées à gagner plus de pouvoir et de profits, mais où les travailleuses et les travailleurs – les femmes et leurs familles – se voient refuser la sécurité alimentaire, la possibilité de former ou de joindre un syndicat, l’accès à des logements sociaux, à des soins de santé, à l’éducation, aux médicaments d’ordonnance et plus encore. Ce gouvernement, comme les Conservateurs d’Harper, continue d’ignorer la demande de longue date à l’effet de créer un système de garde d’enfants public et universel, accessible, abordable et de qualité.

Les femmes au Canada perdent du terrain en termes d’équité salariale et de pensions. L’écart entre les sexes au Canada est maintenant le double de celui de la moyenne mondiale; Les femmes racisées ne font que 68 cents pour chaque dollar gagnés par des hommes non racisés. Le gouvernement libéral n’a pas l’intention de corriger cette situation. Les récentes réformes des régimes de retraite ont annihilé les gains que les femmes avaient réalisés en excluant les années passées durant des congés de maternité et des congés parentaux dans le calcul final de leurs pensions. Ce ne sont pas des «améliorations»; c’est l’austérité. Les femmes sont forcées de payer le prix pour la crise économique capitaliste en cours et la poursuite des réductions d’impôt et des cadeaux pour les entreprises. Il n’est pas étonnant qu’une étude récente sur l’écart mondial entre les sexes ait abouti à la conclusion désastreuse qu’au rythme actuel, il faudra 170 ans pour que les femmes atteignent l’égalité.

Le décret anti-musulman de Trump et ses déclarations fanatiques ont encouragé les groupes racistes, fascistes et d’extrême-droite au Canada à répandre leur propagande haineuse et leurs activités terroristes. La récente attaque terroriste à Québec, qui a entraîné la mort de six innocents pendant la prière, visait toute la communauté musulmane du Canada. Mais le gouvernement Trudeau n’a réagi que par des mots, non par des actes. De plus, la violence islamophobe sexiste se produit trop souvent au Canada. Les femmes musulmanes sont souvent attaquées verbalement et sont agressées physiquement pour arracher leurs hijabs ou pire. Au fur et à mesure que cette violence s’intensifie, le gouvernement reste assis alors que les médias perpétuent le mensonge que l’intervention militaire occidentale au Moyen-Orient est nécessaire pour «sauver» les femmes musulmanes. Les Libéraux ont plafonné la migration et le parrainage des réfugiés au Canada tout en faisant la guerre à leurs pays en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, et en les exploitant pour des photos. Ce n’est pas du féminisme.
La vérité est que le premier ministre Trudeau et le gouvernement libéral ne peuvent prétendre être féministes tout en plaidant et en défendant le pouvoir des entreprises et les superprofits. Les politiques et les décisions qui perpétuent la violence envers les femmes et les territoires autochtones, qui approfondissent et élargissent les inégalités économiques entre les sexes et les communautés racisées, qui imposent la guerre et l’austérité au pays et à l’étranger, font toutes partie de l’agenda capitaliste – un programme incompatible avec les revendications des femmes de la classe ouvrière de toutes les communautés, pour la paix, l’égalité, la démocratie et la sécurité économique et sociale pour elles-mêmes et leurs familles.

Quelle voie les femmes doivent-elles prendre au Canada?

Les principes d’unité de la Marche des femmes sur Washington constituent une base solide pour bâtir l’unité dans nos communautés. Nous sommes en train de former de solides coalitions de groupes de femmes ensemble – des femmes de groupes tels qu’Idle No More, Black Lives Matter, des comités syndicaux de femmes, de comités LGBT, de personnes handicapées, d’étudiantes et d’étudiants, de groupes pro-choix et d’autres. Nous avons aussi besoin de nous mobiliser pour gagner un programme progressiste et anticapitaliste pour les femmes dans nos collectivités et dans l’ensemble du pays.
Nous refusons d’attendre plus longtemps pour l’égalité. Nous devons nous organiser!

Le Parti communiste du Canada exige l’égalité complète des sexes dès MAINTENANT:
  • Rétablir le financement des programmes d’accès à l’égalité des femmes.
  • Combler l’écart salarial – légiférer pour la pleine équité de rémunération et en matière d’emploi.
  • Garantir des services d’avortement et de droits reproductifs accessibles et financés par l’État dans chaque province et territoire.
  • Créer un système de garde d’enfants public, universel, accessible, abordable et de qualité, encadré par des normes pancanadiennes et avec des salaires syndicaux pour les travailleuses et les travailleurs en garderie.
  • Protéger le droit des femmes aux prestations de maternité de l’assurance-emploi; étendre les prestations parentales à 52 semaines.
  • Mettre un terme à toutes les formes de violence à l’égard des femmes et fournir un financement adéquat aux centres de crise et aux maisons de transition. Abrogez le projet de loi C-36!
  • Non à l’islamophobie! Mettre un terme aux interventions américaines, canadiennes et de l’OTAN au Moyen-Orient, tolérance zéro pour les violences islamophobes et sexistes, et ouvrir les portes du Canada aux immigrantes, aux immigrants et aux réfugié-e-s. Abroger l’Accord sur les pays tiers sûrs entre le Canada et les États-Unis. Abroger le projet de loi C-31 et les autres lois anticonstitutionnelles et antidémocratiques sur la sécurité d’État.
  • Abroger la Loi sur les pratiques culturelles barbares, appuyée par les Libéraux de Trudeau.
  • Non à l’austérité. Non à la guerre. Pour les besoins du peuple – non pas la cupidité des entreprises!